• 04 07 85 Construire un groupe pour l’évolution

    Comment construire un groupe pour l’évolution de l’humanité ?

     

    La nécessité de la cohésion du groupe

    Il n’y a pas de secret, quelle que soit la nature des hommes, la nature de leur évolution, de leur pouvoir, de leur psychisme, quelle que soit la nature de tout cela peu importe. Peu importe, pas dans le sens que cela n’a pas d’importance mais dans le sens que malgré tout, le travail peut avoir lieu. Ce qui compte pour un groupe et quel que soit son niveau c’est la cohésion.

    Pourquoi la cohésion, parce que c’est le principe de la formation de l’univers. Que font les atomes, lorsqu’ils veulent construire un corps ou une planète, une matière, immédiatement ils se polarisent. Ce n’est que dans cette polarisation qu’ils arrivent à se maintenir les uns les autres, à faire cette fondation et sur cette fondation pourra venir la structure. Quel que soit votre niveau n’allez pas vous dire qu’est-ce que j’ai à changer moi personnellement, combien de méditation dois-je faire cette année ci, quels mantras dois-je répéter, quel chakra dois-je ouvrir ? Quel état de conscience dois-je atteindre et pour cela indique moi la méthode. Si je me permets de venir vous parler et de vous donner quelques idées c’est bien que vous en êtes digne et  si je vous en trouve digne, c’est que je vous trouve digne de les transmettre aussi. Ce n’est pas simplement de l’eau mise dans un pot hermétique, de l’eau mise dans des mains qui porteront cette eau dans d’autres mains. Notre but n’est pas de travailler qu'avec des initiés, avec des êtres illuminés, notre but est de travailler avec tous y compris les plus et les tous petits. Dans la mesure où les tout petits, et je ne cite pas ici votre cas personnel, uniquement si ceux-ci correspondent à la loi de la formation de l’univers.

    Cohésion, qu’est-ce que cela veut dire ?

    Cela veut dire conviction de votre rôle de ce que vous allez accomplir, soit dans votre rôle de ce que vous allez accomplir, soit dans l’énergie qui va passer à travers vous, soit dans le plan qui est établi, soit dans les maîtres ou la hiérarchie où n’importe quel autre guide, peu importe. La foi, la conviction, c’est ce qui donne la solidité et cette solidité, c’est ce qui va vous permettre justement de faire un travail. Pour n’importe quel groupe, comme pour une maison, on dit que Dieu est un grand architecte. Il faut donc regarder les lois de l’architecture, quelles sont les lois de l’architecture lorsque l’on veut bâtir quel que chose qui va tenir, pas quelque chose d’éphémère qui ne tiendra pas, qui fera la mode un temps comme beaucoup de groupes. Tout ce que vous voulez bâtir, même si c’est quelque chose d’intellectuel doit reposer sur les lois cosmiques, les lois de la grande architecture cosmique. Quelles sont ces lois ? Dans un premier temps la fondation, fondation dans la terre profondément comme les racines d’un arbre, regarder les arbres, ils ne poussent pas comme cela, les fleurs non plus, toutes ces créatures ont des racines, des fondations profondes dans la terre où elles trouvent à se reposer pour y tirer une substance qui est vitale pour eux. Cette cohésion qui va être aussi pour vous une fondation, fondation qui va vous amener une substance mais quelle substance. Pour la fleur, pour l’arbre, c’est une substance vitale et pour vous ce sera une substance presque intellectuelle. Pourquoi  la nommer comme intellectuel ? Parce qu’elle va être ressentie et vécue à ce niveau-là. Les individus qui appartiennent à un groupe, s’ils sentent que ce groupe à des fondations solides, des convictions solides, à l’ instant où  « lui », va passer un obstacle, va passer un doute, il va se nourrir à la racine de cohésion de ce groupe et ainsi ce groupe pourra être perpétué. Sinon, dès qu’un individu va rencontrer un obstacle, une épreuve, il pourra désharmoniser tout le groupe par la faute d’un individu le groupe pourra s’effondrer. Je ne veux pas de ces constructions-là, pensez toujours à l’œuvre de l’architecte quoi que vous fassiez, parce que même les choses qui se font sur un niveau intellectuel, sur un niveau de travail de groupe, sur le niveau du rituel, quoi que vous fassiez vous devez suivre les lois de la construction cosmique. Comme je vous l’ai dit souvent, tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, il n’y a qu’une gamme de loi, il n’existe qu’un seul type de loi. Tout ce qui est bâti par Dieu, les anges, les archanges, les esprits, les initiés, les maîtres ou les hommes doit être bâti avec les mêmes lois. Pourquoi un maçon irait inventer une autre espèce de truelle alors que celle qui a été crée par des gens qui ont bâti pendant des centaines d’années, des gens qui ont fait cette truelle par l’apport de l’expérience, pourquoi changer cet apport de l’expérience. L’univers, la construction même de l’univers vous donnent son expérience. Cette expérience c’est quoi ? Cohésion, polariser votre esprit dans le même sens d’intérêt. Il faut absolument vous bâtir une conviction.

    Bâtir une conviction

    Cela veut dire quoi ? Dans un premier temps, c’est un travail qui est individuel pour qu’ensuite toutes les convictions se rejoignent et n’en fassent plus qu’une et fassent un égrégore. Mais à l’origine la conviction s’établit individuellement, ça c’est la part du travail que vous avez à faire sur vous-mêmes, si l’on peut appeler cela un travail. Moi j’appelle seulement cela une prise de conscience. Voulez-vous, oui ou non servir, voulez-vous, oui ou non être apôtre, les ouvriers du nouveau monde. A partir du  moment où vous avez choisi et pas par 36 000 raisons, à partir du moment ou vous avez choisi un oui ou un non, il n’y a plus rien à discuter et votre conviction est faite et si maintenant vous vous trouvez des tas de raisons de ne pas le faire ou des tas de raisons pour peut-être pouvoir le faire, alors si vous vous cherchez des raisons de le faire, ne dites ni oui ni non et retirez-vous. Le simple fait de se chercher des raisons prouvent que l’individu n’a pas compris qu’il n’y a pas besoin d’avoir des raisons ou des motivations. On n’est ou on n’est pas simplement. Ce qui est du service, de la nature du service est quelque chose qui est à l’intérieur de l’individu, c’est une nature ou cela n’est pas, alors on ne peut pas l’inventer, on ne peut pas se trouver des raisons de l’être, on ne peut pas se trouver des motifs de le devenir. On n’est ou on n’est pas, mais disons que cet état d’esprit sélectionne un peu trop les gens, c’est ce que j’aurais tendance à faire dans la mesure où vous voulez bâtir un groupe. Il faudrait avoir cette rigueur, rigueur non pas froide, mais rigueur franche simplement. Mais plus tard quand vous serez édifiés, les futurs serviteurs qui pourront venir, avec eux, soyez plus souple, car eux ne seront pas la fondation du groupe, ils seront les ailes. A eux vous pourrez permettre un petit peu plus d’interrogations, un peu moins d’intégration totale de leur individu, parce qu’à eux justement pourra être proposé un peu comme une épreuve l’occasion de montrer, de sentir de ce que servir veut dire. Parce que chaque fois, il y a une sorte d’épreuve. Vous, aujourd’hui, vous venez et me dites je veux servir, ce n’est pas aujourd’hui comme cela que cela vous a pris de servir ou d’en avoir la nature ou l’esprit, c’est parce que autrefois vous avez pu essayer ce que le service voulait dire, vous avez pu vivre ce que servir voulait dire, donc vous avez déjà à l’intérieur de vous acquis ou la conviction ou l’état d’esprit ou en tout l’expérience qui vous permet de vous engager ou de reculer, de faire cavalier seul ou de monter un groupe. Par contre, pour ceux qui viendront plus tard, ayez cette largesse, dont je vous parlais, car eux auront peut-être besoin se sentir de savoir pour pouvoir après décider. Pour ce qui est de vous, soyez franc avec vous-mêmes, n’ayez pas peur de le dire. Ne confondez pas la franchise envers les autres et envers vous-mêmes qui est un acte d’amour et puis la honte que vous pourriez avoir de vous-mêmes si vous êtes obligés ou amenez à reconnaître que vous ne vous sentez pas cette âme là, et si vous reconnaissez que vous n’avez pas cette âme là, ni vos frères, ni vos sœurs, ni nous ne vous en voudront aucunement, car certains sont peut-être plus motivé pour servir en cavalier seul que pour user ou dépenser leur énergie à faire un groupe pour pouvoir servir. Donc le jugement ne sera pas de la partie dans cette affaire. Ce qui compte c’est que vous arriviez à vous situer. De la vérité je vous en prie. De la Vérité. Quand un groupe veut se former ; il faut au moins qu’il soit véritable, et ce groupe ne peut-être véritable, animé de la vérité, porté par la vérité, ensoleillé par la vérité que si les individus qui le compose sont portés eux-mêmes par la vérité.

    Reconnaissez-vous tels que vous êtes, sans honte, sans peur

    S’ils ont su donc faire le clair en eux-mêmes trouver leurs chemins, se reconnaître tels qu’ils sont sans avoir honte, ni peur, car la plupart des gens, ont leurs défauts, leurs attachements, leurs petits problèmes mais tant qu’ils les vivent qu’avec eux-mêmes leurs défauts ne leur font aucun problème ni de conscience, ni de moralité, c’est toujours vis-à-vis de l’autre que le défaut est un problème, vécu comme une honte et qui revient sur l’individu qui le génère comme une honte. Alors à ce moment-là, le défaut ou le problème devient une hantise pour celui qui le génère, alors je vous en prie, cessez ces comportements pour ceux qui en auraient même si ce n’est qu’un soupçon. Pourquoi faut-il les cesser ? Parce que la réaction même à ce comportement est nocive à l’évolution elle-même. Avoir un défaut, avoir un problème quelle importance je vous le demande. Si vous commencez à le vivre, comme une honte, comme une hantise, comme un sujet dont on rougit, comme un sujet dont on ne veut pas parler ou qu’on ne veut pas avouer, à ce moment-là, le défaut n’est plus seulement un défaut mais il devient un cancer au niveau de l’astral au niveau de l’éthérique. Un cancer, non pas comme cette maladie qui est connue mais c’est pour vous montrer,  employer un mot suffisamment fort pour que vous compreniez ce que vibratoirement cela produit. Tandis que si l’individu vit son problème, vit son défaut, avec franchise, mais cette franchise ne doit pas être avec un poing tapé sur la table pour imposer aux autres de devoir le supporter, franchise dans ce sens où vous assumez votre personnalité en disant voilà comme je suis pardonne-moi, je vais essayer de faire des efforts, je vais essayer de comprendre ma position ma nature, je vais essayer de changer pour m’éviter ensuite d’autres problèmes plus graves mais pour l’instant prends moi comme je suis. De la clarté, je vous en prie, de la clarté. La plupart de l’humanité n’arrive pas à éliminer ces problèmes, à éliminer ces défauts si grossiers, ces carences, ces tares, car la plupart de l’humanité à honte d’elle-même, c’est la honte qui perpétue le défaut, le problème car la honte c’est le réflexe de la personnalité qui se replie sur elle-même.   Qui se défend. Dès que la personnalité se replie sur elle-même, c’est comme un sac que l’on referme, il n’y a plus moyen de faire sortir quoi que ce soit. Et immédiatement ce défaut, au lieu de tout simplement en parler avec les autres ou de vous excuser si quelquefois il a dérangé quelqu’un en vous disant  zut j’ai encore raté l’occasion de m’en libérer, j’ai encore raté l’occasion d’évoluer. Si au lieu de faire ça, vous êtes timide, renfermé, replié, si au lieu de faire cela, cela devient un sujet de honte que vous avez du mal à vivre, automatiquement vous défendez l’objet de votre honte et vous n’arrivez pas à vous en débarrasser. Je vous l’ai dit, la honte ou tout ce qui pourrait être complexe sont des choses majeures à éliminer chez l’individu. Il ne faut pas avoir de honte, de complexe, de timidité, surtout de complexe d’infériorité vis-à-vis de vous-mêmes car tous ces états génèrent des énergies qui vous sont envoyées pour vous protéger immédiatement. C’est l’instinct de protection qui parle, l’instinct de conservation, d’une chose si néfaste dont vous auriez mieux à faire de vous en débarrasser. Ne soyez jamais honteux, jamais complexé, jamais timide. La timidité est aussi un complexe. Il n’y a de gens timides que par un complexe d’infériorité, soit un complexe vis-à-vis du vécu des relations avec les autres. Il faut vous libérer l’esprit, il faut de la clarté avec vous-mêmes, avec les autres. Soyez des êtres authentiques et n’ayez pas peur d’être ce que vous êtes. Et encore une fois j’insiste très fort, car même si vous ne faites partis d’aucun groupe, même si vous bâtissez aucun groupe, que vous soyez à l’extérieur des gens libres, différents capable d’évoluer.

    Qu’est-ce que cela veut dire personnalité ?

    Si au contraire vous assumez votre défaut, mais que vous l’assumiez avec connaissance et avec justice, savoir que c’est quelque chose qui est propre à vous mais que vous avez la possibilité de sublimer pour en faire son opposé qui est la qualité. Mais un défaut ne vient jamais comme ça du ciel, comme si c’était une tare cosmique que l’humanité devrait expier. Un défaut est toujours une qualité qui est inconnue. L’homme commence toujours immanquablement dans les défauts, comme l’homme commence toujours dans l’ignorance. La somme des défauts est la somme de toutes les qualités qui ne sont pas connues. La personnalité est à découvrir autant que le cosmos est à découvrir. On dit et moi-même, je l’ai dit, il faut absolument se débarrasser de la personnalité, c’est vrai mais de quelle personnalité ? Qu’est-ce que cela veut dire personnalité ? Et pourquoi la personnalité existe-t-elle ? Serait-ce une erreur du cosmos, une erreur de l’architecte, il n’y a jamais d’erreur, pas à ce niveau-là. Alors qu’est-ce que la personnalité ? La personnalité c’est ce qui est dans l’homme de plus divin mais inconnu, comme sa divinité sa spiritualité est inconnue. La spiritualité connue en tant que défaut connu, en tant qu’attitude émotionnelle, en tant qu’attitude du quotidien c’est l’extérieur de votre divinité qui ne se connaît pas. Sitôt que votre divinité se connaît elle-même sitôt que vous avez pris conscience de votre divinité, immédiatement vous le savez c’est écrit la personnalité n’existe plus, pourquoi, non pas qu’elle n’existe plus comme on aurait balayé quelque chose de malsain, quelque chose d’inférieur, la personnalité existe encore, mais elle existe dans son sens divin, elle n’est plus personnalité restrictive et séparative, elle est individualité du principe cosmique. Donc la personnalité n’est pas quelque chose à bannir. Vous voulez bannir votre personnalité comme certains hommes, certains guides vous ont appris à la bannir. Sans que cela soit une erreur, ce n’est pas attaquer le problème là où il y a problème. Le problème n’est pas dans la personnalité, le problème est dans l’ignorance que vous avez de votre personnalité spirituelle. L’homme étant donné qu’il est terrien commence toujours dans le contraire de ce qui est cosmique. Ce qui est contraire au cosmos, pour parler de la personnalité à ce moment-là, cela va être justement les défauts, ils ne sont donc pas quelque chose à bannir, que l‘on doit avoir honte et que l’on doit aller confesser mais quelque chose à sublimer comme l’ignorance est à  sublimer pour qu’elle devienne connaissance cosmique, vocalité spirituelle. L’égoïsme, c’est l’ignorance de l’amour cosmique. Va-t-on accuser quelqu’un d’être égoïste, le matraquer soir et matin, en lui disant tu es un égoïste tu n’es pas spirituel. Non, c’est l’enfoncer encore plus dans la matière, c’est l’enfoncer encore plus dans l’ignorance de son archétype cosmique. Ce qu’il faut donc faire sur cet être égoïste, ce n’est  pas de lui dire, regarde, tu es égoïste, cela il le vit, il le sait et il ne le sait que trop, car le premier qui a à souffrir de ces défauts c’est celui qui les véhicule, ce ne sont pas tellement les autres, les autres ne font que les supporter. Il faut lui proposer, de manière presque initiatique, des instants, des moments pour découvrir, la générosité, pour découvrir l’altruisme, pour découvrir l’amour cosmique. Ne soyez pas des gens qui rabâchent les défauts des autres, ces objecteurs de conscience, ces démonstrateurs de défauts, nous n’avons rien à faire de ces gens-là, ces genres d’instructeurs ne peuvent donner rien de bon. A quoi cela sert-il de montrer le mal, le mal est là, il est évident alors pourquoi en parler c’est encore lui donner trop d’importance. Il faut aller à l’utile, ne pas gaspiller de l’énergie. Quand vous voulez aider quelqu’un, ne lui dites pas où sont ces défauts, sachez reconnaître les défauts et soyez l’initiateur de la personne et provoquez des circonstances, des évènements où vous allez pouvoir le mettre face à face avec son défaut, c’est là la façon d’aider les gens, ce n’est pas en disant à quelqu’un tu es avare que cela va enlever son avarice, au contraire cela va le mettre tellement en colère qu’il va être content deux minutes après de pouvoir contempler sa propre avarice. Ce n’est pas en brandissant le drapeau de la vérité, non. Les vérités, il faut les dire, lorsqu’un un individu est inconscient de la vérité, mais il ne faut pas être le paternel qui dit, regarde fils le défaut horrible que tu m’avais caché pendant tant d’années maintenant, je te prie de t’en débarrasser au plus vite afin que tu sois un initié. Parlez-en mais en la faisant dialoguer sur son propre problème, de façon à ce que la personne arrive à traiter sa personnalité comme un phénomène extérieur et non comme si elle avait à défendre sa propre identité. Il faut éliminer les hontes, les complexes, les traumatismes c’est autre chose à éliminer, c’est plus insoupçonné et cela ne dépend pas forcément de la nature de chaque individu. Ce n’est pas propre à la personnalité de chaque individu. La honte est une réaction qui ne fait que garder ce qui est à éliminer, l’individu à toujours peur, peur d’être violé dans sa conscience, quand il craint qu’il faille changer certains principes de son esprit, peur d’être violé dans son identité quand il se sent jugé. Cette peur il faut vous en libérer, eh bien osez être authentique, après tout qu’est-ce que cela peut vous faire l’avis des autres, le jugement des autres. Ce qui compte avant tout c’est l’évolution que vous pouvez acquérir pour le bien de vous-mêmes et le bien de la hiérarchie dans le monde.Ce qui compte c’est que vous sachiez ce que vous êtes et qu’avec ce matériel vous travaillez comme on travaille une pâte pour la parfaire. Les défauts ne sont que les côtés ignorés et cachés d’une qualité spirituelle et les défauts n’existent que parce que vous êtes dans l’ignorance. Ignorance au sens cosmique, ignorance de toutes les vérités, des réalités cosmiques. Alors votre personnalité quand elle s’exprime, ignorante de tout cela, cette personnalité qui est bien terrestre ne peut que s’exprimer en défaut, c’est automatique, c’est logique.

    L’archétype cosmique

    Que font les hiérarchies maintenant, on ne parle plus de culpabilité de l’homme, on ne parle plus du péché de l’homme, on instruit l’homme car si on veut le faire évoluer véritablement, il faut qu’il entre dans la vérité, car il n’y a que la vérité et la connaissance qui l’amènera à sa réalité cosmique, qui fera de lui une personnalité qui sera en accord avec les lois cosmiques, une individualité cosmique. Tant que vous serez ignorant vous resterez ignorant sous tous ces aspects, ignorance de votre archétype cosmique et votre personnalité sera terrestre et pleine de défauts. Qu’est-ce qu’il est votre archétype cosmique, vous êtes en vérité, bonté, amour, béatitude, éternité. Quelle est votre personnalité terrestre ? Avarice, égoïsme, mort, violence, elle est tout le contraire car elle est dans l’ignorance. Lorsque vous atteindrez une conscience supérieure, lorsque vous connaîtrez la réalité, alors non seulement vous aurez la connaissance des principes la connaissance des lois, vous aurez la connaissance sur vous-mêmes et il n’y aura plus d’égoïsme, de violence, de mort  car votre personnalité sera devenue cosmique. On parle de ce fameux pont l’anthakarana, mais cela ne  se passe que par l’initiation j’entends, c’est vrai, l’illumination, l’initiation c’est ce qui permet à la personnalité de se sublimer pour devenir l’archétype cosmique.

    « 07 07 89 Introduction - Ne pas créer de représentations, de projections au sujet des informations données04 07 85 Comprendre l'initiation »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    1
    moogli
    Mercredi 31 Octobre à 19:15

    c'est reconnaître et accepter chaque chaînon, chaque intrication, chaque couleur de la vie

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :