• 27 09 86 L'intuition - Le rôle du Christ


    L’intuition

    Question :

    Quelles sont les caractéristiques essentielles et du point de vue de l’intuition, comment peut-on percevoir ce qui correspond vraiment à l’ère du verseau, afin d’utiliser nos intuitions dans nos activités quotidiennes ?

    L’intuition est une partie très importante du psychisme de l’être humain, mais elle n’est pas la pierre la plus importante. Si l’humain ne devait avoir recours qu’à ses intuitions pour édifier sa vie, pour constituer sa destinée, faire ses choix, il y aurait de fortes chances pour qu’il se trompe s’il n’y avait pas la participation de son mental, de son jugement.
    Ce qui ne veut pas dire que l’intuition en elle-même n’est pas bonne et que l’on ne doit pas la suivre. Absolument pas. Mais il faut, suivant le type d’individu que vous êtes, vous méfier de l’intuition ou au contraire vous y référer constamment. Tout dépend des énergies qui vous constituent.

    Il y a des individus qui ont la faculté de percevoir les choses de l’au-delà, de l’invisible, mais dont les perceptions sont légèrement brouillées par des émissions non pas parasitaires, comme pourraient l’être des formes pensées venant d’autres humains, mais par certaines puissances de leur thème astrologique qui viennent taper sur leurs perceptions et vont, soit les affaiblir, soit leur donner une nature instable.

    Ce qui ne veut pas dire que tout le monde doit se méfier de l’intuition. Je dis tout simplement, connaissez-vous avant de savoir si votre intuition est à utiliser ou pas. Si vous êtes dépositaire de certaines énergies donnant des doutes par rapport à votre intuition, il faut acquérir ce qui vous manque, le développer par plus de discernement, d’esprit critique, de jugement, ou plus de connaissance.

    Les deux plateaux de la balance étant en équilibre, l’âme, en son milieu, sait choisir dans quel plateau elle doit prendre l’indication. Cela fait partie du développement de l’être humain, de son plan d’évolution.

    La plupart des êtres humains viennent du monde astral, ce qui fait que l’intuition, dans ses manifestations, va être troublée par toutes les manifestations de leur propre astral, de leurs émotions, de l’envergure de leurs pensées, de leur petitesse, de leur étroitesse. Tout cela va se combiner pour créer les filtres par lesquels l’intuition va passer.
    Et que se passe-t-il ?
    Il reste peu de chose de l’intuition. Alors, il faut que l’individu développe un autre état d’être avant de suivre son intuition, pour qu’elle ne soit plus qu’une petite voix intérieure qui résonne.

    Je ne veux pas en disant ces choses, dérouter l’homme et le détourner de son intuition. Je dis attention. Il y a beaucoup d’êtres humains qui font beaucoup trop de choses par intuition et font, ainsi, beaucoup de catastrophes et se méprennent sur beaucoup de sujets. Ainsi avec leur intuition, ils jugent les gens.

    Cette intuition est fondée sur quoi finalement ?

    Sur ce qu’ils vont ressentir de l’autre à cause d’un geste, d’un regard, du timbre de la voix, de la réputation déjà construite, mais rien que l’individu n’ait expérimenté par lui-même vis-à-vis de l’autre.

    Donc l’intuition est complètement conditionnée par ce qu’il sait déjà de la personne, par ce qu’il en a entendu dire. Pour avoir une approche libre dans la vie à propos de toute chose, il faut se défaire de tous les conditionnements.

    Quelqu’un qui ne voudrait vivre que par l’intuition ou comme certains, que par un gourou ou autre chose, ne peut pas avoir une approche libre de la vie. Au lieu de lui permettre de faire chaque fois quelque chose de plus grand, son intuition l’astreint, en quelque sorte, à agir dans une routine tout au long de sa vie, parce qu’il confond subconscient et intuition.

    Une intuition est toujours pure et claire lorsqu’elle se manifeste. Elle vit dans la tête et se manifeste dans la tête, comme un cri, mais un cri sourd qui n’a pas de voix. Simplement l’idée jaillit, et c’est une idée impérieuse qui commande. Plus besoin de réfléchir. Il s’agit presque d’un flash en vérité.

    Alors comment utiliser l’intuition ?

    Il ne faut pas vous appuyer là-dessus, même si quelque part vous avez vu que votre intuition était efficace. C’est un approximatif trop évasif. Au stade où en est l’humanité, vous ne pouvez pas vous permettre de l’utiliser pour pouvoir juger ou même conditionner votre vie.
    Donc, essayez de juger ce qu’est votre intuition et sachez où elle vous mène.

    Pendant toute une période, chaque fois que vous ressentez votre intuition se manifester, que vous entendez une petite voix intérieure, prenez des notes à propos de celle-ci. Faites un véritable répertoire. Puis agissez en conséquence. Ensuite, vous notez si ce que vous avez fait est positif ou au contraire négatif.

    Pour tout, l’homme doit réagir de cette manière, se connaître d’abord, et lorsque vous aurez un répertoire suffisamment positif, alors vous pouvez vous permettre d’utiliser votre intuition. Sinon, je vous le déconseille.
    Utilisez plutôt le discernement. Le discernement peut paraître plus mental et laisser moins de place à tout ce qui est invisible en l’homme. C’est un fait. Mais n’oublions pas qu’un discernement bien élaboré n’empêche pas l’intuition de se manifester.

    Au contraire, plus un discernement s’élabore, plus il permet de purifier la réception de l’intuition. En purifiant, en vous, tout ce qui est mental par l’apport du discernement, de la connaissance, de l’expérience, vous dégagez tous ces filtres qui teintent l’intuition, la dénaturent, ou qui la créent alors qu’elle n’y est pas.

    Donc plutôt que d’utiliser l’intuition, utilisez le discernement. Le discernement n’est pas quelque chose qui maintient l’esprit au niveau mental, donc au niveau de la terre, empêchant l’homme de s’élever dans des régions plus subtiles. Le discernement est tout simplement une édification de l’esprit en l’homme.

    Depuis la connaissance et la réflexion, à force de tirer des synthèses que vous appliquez tout de suite, que vous transformez donc en expérience, vous acquérez une forme d’essence à propos du mental et de la connaissance. C’est cela le discernement. Quand vous voyez des personnes de grandes connaissances, vous vous apercevez en les voyant vivre, en les entendant parler, qu’en fait, elles manquent de discernement. La connaissance n’apporte pas forcément le discernement.

    Ce n’est pas le fait d’appliquer une règle entendue, un enseignement entendu, connu, reçu ou appris. L’enseignement appliqué de cette manière n’apporte pas le discernement, il devient un dogme. C’est pour cela que dans la plupart des temples, les dévots et les disciples non pas forcément le discernement et l’envergure d’esprit. Ils ne se demandent pas en fait ce que cela veut dire, ils appliquent.

    Par les hommes qui ont véhiculé la religion ou la philosophie à travers les siècles, la chose appliquée est devenue la morale, est devenue un dogme. Ce qui fait qu’au lieu d’apporter à l’homme, richesse et grandeur d’esprit, le dogme introduit dans l’homme petitesse, petits jugements, état critique, et maintient l’homme dans le plan qui le qualifie, qui le constitue : le plan astral.
    Plan, dont il doit se dégager absolument pour être un homme libre, libre de tous conditionnements. Le discernement va être sa sagesse, et sa sagesse va pouvoir juger les événements.

    Pourquoi la plupart des gens ne sont pas des sages ?

    Parce qu’ils ont peur par manque de discernement. Ils n’osent pas s’aventurer dans tel ou tel secteur de la recherche, paranormal ou philosophique. Ils n’osent pas essayer telle technique, ils n’osent pas aller voir tel ou tel être, aller visiter tel ou tel autre groupe, parce qu’ils ne savent pas. Dans leur ignorance ils se disent: je m’abstiens. Mais le fait de s’abstenir est motivé par la peur. Or, pour être dégagé de cette peur, il faut que l’homme puisse juger la situation qu’il rencontre, et c’est par le discernement qu’il pourra le faire.

    Donc, comment acquérir le discernement ?

    Ce n’est pas facile, je vous l’accorde, et en parler ne veut pas dire grand-chose, puisqu’un être a le discernement ou ne l’a pas. Le discernement s’acquiert au fur et à mesure des circonstances et des expériences. C’est le cours de la vie qui donne le discernement.

    D’après son comportement et ses réactions, face aux événements, tout un tas de codes se constituent en l’homme. Ce qui fait qu’un individu qui se trouve en train de vivre tout simplement, lorsqu’il rencontre une circonstance, il n’est plus lui-même, il est une ancienne codification, un ancien problème qui ressort. Le cerveau, comme le conscient et l’inconscient, est un immense ordinateur qui vous ressort ce que vous y mettez, ce que vous y laissez entrer. C’est pour cela qu’il est dit : « Qui sème le vent récolte la tempête. »

    Tout dépend ce qui est entré dans votre esprit comme information. À partir de ce moment-là, vous êtes guidés, conditionnés par ces données. C’est ainsi que le discernement est étouffé.
    Alors, au fur et à mesure, il faut que l’homme apprenne à se libérer de ses différentes limites, de ses différents codes pour pouvoir raisonner juste, avec clarté et pour pouvoir réagir en toute liberté. Autrement dit, qui pense libre, agit libre.

    Examinez votre pensée et vous saurez exactement à quel plan de liberté vous êtes. Si en vous il y a certains complexes, si vous rougissez à l’idée de devoir faire telle ou telle action publique, si vous êtes d’une certaine manière troublés à aller voir par exemple un supérieur, ou à l’idée de rencontrer quelqu’un qui fait partie de toutes les castes dirigeantes comme avocats, grands directeurs, etc., si ces démarches créent en vous un trouble, cela veut dire qu’en vous, il y a eu des données qui ont conditionné ce trouble à exister.

    Celui qui occupe un haut poste de la société, n’est pas plus grand, n’est pas plus impressionnant que vous ne l’êtes dans votre garage, ou pour les dames face à votre machine à laver. Un être humain est un être humain qu’il soit président ou charbonnier.
    Pourquoi, entre êtres humains, créer des codes de comportement ?

    Ces codes existent parce que l’homme suffisamment influençable, ignorant de sa liberté et de sa force, s’est laissé programmer. Toute société est fondée sur le fait, qu’un homme peut imposer une image et la faire respecter par les autres. Tout est un jeu d’images dans le monde, et chaque fois il faut une révolution, qu’elle soit vécue sur un plan politique, culturel, sur le plan de l’art ou même de la science.
     
    La science amenant les plus grandes révolutions culturelles et morales, puisque la science est toujours un libérateur des normes d’une société. On ne peut pas acquérir de la connaissance en continuant à véhiculer socialement des idées restreintes. C’est impossible.
    Celui qui découvre un grand principe est toujours un être très libre, en tant que pensée, et très positif. Il ne peut pas en être autrement. Ensuite, ceux qui cherchent tel ou tel détail, ou comment faire arriver telle ou telle découverte, comment produire tel ou tel effet, qui s’occupent des petits détails, ce sont eux qui dogmatisent.
    Je reprends donc l’idée d’images et de projection.

    Dans le monde tout est donc projection d’images et les hommes ne vivent que par ce moyen, ce qui engendre des stress, des dépressions, des complexes, et même des folies, si cela est poussé à l’extrême. Et ainsi les gens se regroupent par ressemblance, et non pas par ressemblance d’esprit, ils se regroupent entre ceux qui ont su accepter de jouer le jeu des projections et des reflets.

    Il faut cesser ce jeu. Le monde, en fait, est pris dans un grand piège narcissique. Tout le monde se projette l’un sur l’autre et espère que l’autre va jouer ce rôle, sinon il devient un ennemi.
    Tous les cabinets des grands psychologues, des grands psychiatres sont alimentés par ce problème. Projection, projection. Cessez de projeter une part de vous sur les autres.
    Si quelqu’un ne vous aime pas tel que vous êtes, allez voir ailleurs. Savoir être soi-même est quelque chose de très difficile, parce que la plupart des gens vivent avec des complexes, des insatisfactions, des stress, alors ils ont besoin de se construire, de jouer un certain personnage.
    C’est là le début de la folie, même s’ils paraissent sains d’esprit. Il faut être intègre, osez ce que vous voulez être, parce que c’est vous, et non pas un personnage construit pour avoir accès à tel rang de la société, ou pour être aimé de telle ou telle personne. Soyez authentiques.
     
     
    Le rôle du Christ

    Question :

    Quel est le sens occulte du rôle du Christ pour réaliser le plan divin et quelle est la signification ésotérique de la crucifixion et de la résurrection ?

    Tout repose sur le Christ, pas tellement besoin de se demander quelle est sa participation, elle est totale. Rappelez-vous ce qui a été dit dans le livre sacré. Nul n’ira au Père sans passer par moi. Alors il faut définir qui est le Père, et lui qui est-il ? Et ainsi vous connaîtrez tout le programme de la hiérarchie en fait.

    Le Père, comme je l’ai déjà dit si souvent, est le logos planétaire, c’est-à-dire cette entité cosmique qui contient la planète. Il lui donne toutes les formes de vie, il contient l’humanité, et il est la source de l’âme de chaque individu.  
    Cette grande entité, même si elle est capable de créer toute chose comme par exemple un minéral, une cellule dans votre corps, ne peut se manifester dans son entier. Son approche trop intense brûlerait les différents plans éthériques de la planète et de l’humanité.
    Alors à chaque ère, étant donné que tout est cycle dans l’univers, à chaque coup de gong cosmique qui détermine la fin et l’entrée dans un nouveau cycle, une entité spirituelle apparaît, porteuse du plan pour l’ère qui vient, et donne ainsi un rituel, une philosophie, une religion et un système initiatique.

    Vient donc cette entité, le Christ, appelé différemment suivant les religions, mais qui est toujours le même être. Le Christ est l’intermédiaire entre l’unique initiateur, soit le logos planétaire, ou votre père, et l’humanité à initier. Parce que l’humanité, au travers des cycles, essaie d’acquérir les différentes initiations pour arriver à l’initiation solaire.

    Mais avant d’arriver au point où l’humanité va rencontrer l’initiation solaire, où donc elle va rencontrer son père, elle doit passer par des tas de petites initiations, planétaires ou terrestres, données par les différents guides, les différents Maîtres et données par le Christ.
    Lorsque le Christ initie un homme, cet homme peut être, dans un prochain cycle, présenté au père pour recevoir sa première initiation solaire, et change ainsi de hiérarchie. Cette âme n’est plus surveillée par la hiérarchie planétaire, elle est sous la surveillance de la hiérarchie solaire. Il n’y a plus de manifestation dans la forme, sa vie se situe à l’état de la conscience, cela reste possible, mais n’est plus exigé pour évoluer.

    Donc, qui est le Christ ?

    Il est l’intermédiaire entre ce logos initiateur et l’humanité. Il est le relais, le transformateur en quelque sorte.
    C’est pourquoi il a dit, nul n’ira au Père sans passer par moi. Parce que si vous pouvez rencontrer et supporter le Christ, vous pourrez rencontrer et supporter le Père. Mais qui ne peut supporter et rencontrer le Christ, ne peut aller au père, parce qu’il serait brûlé, son âme elle-même serait atteinte.

    Le Christ est aussi le chef de toutes les hiérarchies qui entourent la planète. Lorsqu’on parle de la hiérarchie planétaire, en fait, cela ne veut rien dire, car il y en a plusieurs, qui sont toutes chapeautées par un seul et même être qui est le Christ.

    Pourquoi plusieurs hiérarchies ?

    C’est d’abord parce qu’il y a plusieurs civilisations, plusieurs niveaux de civilisation, plusieurs races. Chaque race, chaque niveau de civilisation a son groupe de Maîtres, chapeauté par le Maître de la véritable hiérarchie. Ensuite, venues d’autres planètes, différentes petites hiérarchies s’occupent des affaires terrestres, puisque tout est échange, tout est relation et correspondance.

    Et puis il y a d’autres hiérarchies, d’autres créatures que l’homme connaît moins, qui sont les Dévas et tous les esprits de la nature. Cela aussi représente une hiérarchie, qui évolue en elle-même, pour elle-même, et en essayant aussi d’accomplir un changement sur l’humanité.

    Il y a une hiérarchie pour chaque type, depuis l’élément terre, l’eau, l’air, le feu, et toutes ces hiérarchies sont surveillées par des Maîtres ayant atteint un état de Bouddha éveillé.

    C’est à ce moment-là que commence la véritable hiérarchie, celle qui est véritablement efficace, qui dirige, alors que les autres exécutent et servent de relais pour l’exécution.
    Au-dessus de cela il y a le Christ. Mais il n’y a pas que lui, il est une sorte de chef suprême. Entre autre il y a lui, disons le plus actif, parce qu’il est celui qui est extériorisé. Il est celui qui est devenu exotérique alors que les autres sont restés ésotériques. Les autres naturellement je n’en parlerai pas puisqu’ils veulent rester dans l’ombre.

    Pourquoi ce secret ?

    C’est parce que l’efficacité même de leur action réside dans le silence. Vous pouvez concevoir qu’il y ait des gens préférant le silence, ne serait-ce que pour la production d’une belle œuvre, ils ont besoin de se concentrer. Le type de travail de ces êtres-là, réclame un silence total. Autrement dit, ils sont inconscients de ce qui se passe véritablement à l’extérieur, mais ils émettent constamment une certaine vibration qui permet de maintenir le plan, d’effectuer le plan. Ils sont la source même de la vie, la source même de l’évolution.
    « 11 09 86 Signification du Karma - Conseils au groupe27 09 86 Le rôle du Respir, le rôle des couleurs »
    Partager via GmailGoogle Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :